Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Entretien :Bassaran Diaby ,Directrice Générale E2IE Côte d’Ivoire

Bassaran Diaby est la fondatrice et la Directrice générale  𝗘𝟮𝗜𝗘, une Entreprise évoluant dans le secteur des BTP, la Télécom, et de L’énergie. Son entreprise propose divers services tels que : l’étude, la vente, l’installation, la maintenance d’équipements solaires et l’audit énergétique et est le représentant officiel de la marque SMA (leader mondial des systèmes solaires) en Cote d’Ivoire. Entretien avec une pionnière de l’Energie solaire en Côte d’Ivoire.

 

Energiaci : Bonjour, Qui est Bassaran Diaby?

Bassaran Diaby : Je suis une jeune femme Ivoirienne, ingénieure de formation. Passionnée d’entreprenariat et d’énergies renouvelables. J’ai créé une entreprise dans le domaine de l’énergie solaire et l’efficacité énergétique que je dirige depuis 5 ans. Je suis aussi membre du bureau exécutif de l’OIICI (Ordre des Ingénieurs Industriels de Côte d’Ivoire) et secrétaire générale de l’APERCI (Association des  Professionnels des Energies Renouvelables de Côte d’Ivoire).

Pouvez-vous, nous parler de votre parcours?

Après l’obtention de mon Baccalauréat C, j’ai intégré  l’INPHB de Yamoussoukro où j’ai obtenu mon diplôme d’Ingénieur en Energétique. En 2010, J’ai été finaliste du programme Business Plan compétition organisé par la BANQUE MONDIALE et TECHNOSERVE. Les fonds reçus m’ont permis de constituer légalement E2IE. Le domaine était méconnu en  Côte d’Ivoire. Le manque de financement pour l’achat de matériels  a été un frein à mon démarrage.

J’ai ensuite travaillé à STA en tant que responsable projet Energie. Mon activité de salariée chez STA a accrue ma compétence pratique et ma réputation professionnelle. Elle m’a aussi permis d’économiser pour préfinancer les premières réalisations. Fin 2015, j’ai démissionné et j’ai lancé les activités d’E2IE en 2016.

 

En Afrique, on estime que plus de 600 millions de personnes n’ont toujours  pas accès à l’électricité, pensez-vous que les énergies vertes pourraient être  une alternative intéressante pour remédier à ce déficit ?

Oui bien évidement. L’Afrique dispose d’un gros gisement inexploité qui est le soleil. Cela pourrait énormément contribuer à l’accès à l’électricité  surtout que ces dernières années, le cout des équipements solaires a considérablement chuté et la technologie de l’énergie solaire photovoltaïque est très fiable et durable. Et plus important, l’utilisation des énergies vertes  contribue à la préservation de notre environnement.

 

Depuis Juillet 2016, vous êtes la Directrice générale E2IE.Pouvez-vous, nous en dire plus sur votre entreprise ? Sur quels projets travaillez-vous actuellement ? Et quelle est  votre vision pour les 5 Années à venir ?

E2IE est une société dont  les principales activités sont  l’énergie solaire photovoltaïque et l’audit énergétique. Nous proposons l’étude, le développement, la  construction,  la maintenance des solutions solaires. Depuis fin 2019, E2IE est  le représentant exclusif de SMA en Côte d’Ivoire (SMA est leader dans le monde de l’ingénierie des systèmes solaires  photovoltaïque et premier fabricant d’onduleur photovoltaïque dans le monde).

Nous travaillons présentement sur plusieurs projets en Côte d’Ivoire et dans  la sous-région principalement avec des entreprises qui sont dans une démarche de  certification ISO 50001 et qui veulent réduire leur facture énergétique.

Dans 5 ans, nous envisageons, être une référence dans le domaine des énergies renouvelables en Afrique.

 

Etant le représentant officiel de SMA en Côte d’Ivoire, comment expliquez- vous cette confiance que vous porte ce leader mondial des systèmes solaires ?

Je pense que cette confiance est du à notre sérieux, notre réputation et notre expérience dans le domaine de l’énergie solaire.

 

Selon vous quel(s) rôle (s)devrait (devraient) jouer les institutions   pour faciliter le déploiement de l’énergie solaire en Côte d’Ivoire ?

L’état de Côte d’Ivoire a entrepris d’énormes reformes dans le secteur de l’énergie solaire et de l’efficacité énergétique. Cela a été entériné par 3 arrêtés ministériels fin 2020. Les institutions y ont contribués énormément.  Mais le frein réel du  développement de l’énergie  solaire en Côte d’Ivoire, reste les frais de douanes très élevés.  Nous espérons, que des efforts soient faits par l’Etat Ivoirien pour la  détaxe et la réduction des frais de  douane des équipements solaires.

 

Votre mot de fin ?

Je voudrais vous remercier pour l’opportunité de cet échange. Et voudrais vous  souhaitez tous mes encouragements et beaucoup de succès.