Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Le ministre congolais des mines cherche à annuler le monopole artisanal du cobalt

La ministre des Mines de la République démocratique du Congo, Antoinette N’Samba Kalambayi , cherche à annuler un décret accordant à l’Entreprise générale du cobalt (EGC) le monopole du cobalt artisanal produit dans le pays, a-t-elle déclaré mercredi à Reuters.

EGC a été créée pour acheter, traiter et commercialiser du cobalt artisanal par décret gouvernemental en décembre 2019 et officiellement lancée le 31 mars de l’année dernière, mais n’a pas encore acheté de minerai de cobalt.

Les mineurs artisanaux, qui extraient le cobalt avec des moyens rudimentaires, sont la deuxième source mondiale de métal utilisé dans les batteries des véhicules électriques après les mines industrielles du Congo.

Une unité de la société minière d’État Gécamines, les opérations d’EGC sont au point mort en raison de luttes intestines entre les ministères, d’un changement de direction à la Gécamines et du défi de sécuriser l’accès à un site artisanal viable pour acheter.

Interrogée sur son point de vue sur EGC, Kalambayi a déclaré : « Je ne dirais pas que je suis pour ou contre, mais une chose est sûre : nous avons donné le monopole à l’Entreprise Générale du Cobalt (EGC), et c’est une violation des lois de La république. »

La ministre des Mines ne cherche pas à dissoudre EGC, mais simplement à annuler le monopole légal dont elle dispose, a-t-elle dit, afin que toutes les entreprises puissent se faire concurrence pour acheter du cobalt artisanal.

EGC n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires envoyée par courrier électronique sur les remarques du ministre.

S’exprimant en marge de la conférence Mining Indaba au Cap, Kalambayi a déclaré que la décision d’annuler le décret serait examinée par le conseil ministériel du Congo et par le Premier ministre. Elle n’a pas donné d’échéancier.

Faire entrer l’ exploitation minière artisanale dans l’économie formelle est un casse-tête pour le gouvernement et pour les mines industrielles de cobalt, dont beaucoup ont des mineurs artisanaux qui creusent illégalement sur leurs concessions.

Kalambayi a déclaré que la loi congolaise permet aux mines industrielles de céder une partie de leur licence aux mineurs artisanaux, et qu’elle soutenait les entreprises qui s’efforcent de formaliser le secteur.

« La formalisation est une priorité pour moi, car la République est perdante », a déclaré Kalambayi, non seulement en termes d’impôts non réclamés, mais aussi en termes de produits extraits qui sortent en contrebande.

Au Congo, le creusement artisanal n’est légal que sur une « Zone d’Exploitation Artisanale » – zone d’exploitation minière artisanale – mais dans la pratique, il se produit fréquemment ailleurs, car il n’y a pas assez de ZEA qui ont des gisements viables.

Interrogé sur les intérêts acquis dans le secteur minier artisanal – dans lequel certains politiciens possèdent ou bénéficient de coopératives minières artisanales – Kalambayi a déclaré : « Nous sommes en train de restructurer tout cela ».

Un porte-parole du négociant en matières premières Trafigura, qui a signé un accord d’approvisionnement avec EGC en novembre 2020 et a prêté l’année dernière 5 millions de dollars à l’entreprise contre la livraison de cobalt sous forme d’hydroxyde, a déclaré qu’il ne commentait généralement pas les déclarations faites par les ministres.

« La façon dont le gouvernement de la RDC décide de formaliser le secteur artisanal est une question pour eux, mais nous nous engageons à jouer pleinement notre rôle pour aider à y parvenir », a déclaré le porte-parole.

La production artisanale devrait représenter jusqu’à 30 % des exportations de cobalt du Congo cette année, estime Trafigura.

 

Source : Reuters