Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Lika Scott Sow : «Il est important de rappeler que rester authentique est l’une des clés de votre réussite »

 

LIKA SCOTT SOW  est l’une des 22 femmes Africaines sélectionnées dans l’édition « WIM 100 » de Women in Mining UK pour 2020. Une initiative qui met en évidence les 100 femmes les plus inspirantes de l’industrie minière mondiale. Ce classement identifie des pionnières, des leaders féminins qui persévèrent face à l’adversité, des rôles modèles pour les générations futures. Ingénieure des mines de formation, fondatrice de Women in Mining Senegal et première femme Africaine employée par Caterpillar Global Mining en Afrique de l’Ouest.

 

ENERGIACI : Pouvez-vous, vous présenter?

LIKA SCOTT SOW : Je suis Lika Scott Sow, ingénieure des mines de formation. Je suis employée de Caterpillar: groupe industriel américain et leader mondial dans la fabrication de machines, moteurs et groupes électrogènes dédiés aux industries des Mines, de l’Energie, des BTP et de la Foresterie principalement. Je suis en charge des opérations commerciales Mines pour l’Afrique de l’Ouest. Je suis par ailleurs fondatrice de Women in Mining Senegal dont j’ai été la présidente jusqu’en 2019.

 

ENERGIACI : Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place le Women In Mining (WIM) SENEGAL ?En quelle année elle fut créée ?

LIKA SCOTT SOW: WIM Sénégal a été créée en Octobre 2012. A l’époque, je venais à peine d’être diplômée de l’Ecole des Mines d’Alès en France, et démarrais ma première expérience professionnelle comme ingénieure des mines à Sabodala Gold Operations à 800km de Dakar (première mine d’or industrielle en exploitation au Sénégal).

J’avais rejoint un département d’ingénieurs où il n’y avait que deux femmes, une en géologie de production et moi même en planification minière. L’idée m’était insupportable, je ne pouvais m’empêcher de me poser la question à savoir où sont toutes les autres femmes de ce secteur? Faire des réunions où l’on se retrouve seule femme, jeune face à une armada de gens techniques expérimentés très souvent d’un âge mur était mon quotidien. Il arrivait donc très souvent de me questionner: Quelle est ma valeur ajoutée? Suis-je vraiment faite pour ce métier? Serai-je un jour reconnue et acceptée pour mes compétences dans ce cercle fermé? Autant de questions qui fusaient dans ma petite tête de jeune ingénieure tenace, mais la victimisation ne payant jamais, il a fallu travailler dur mais surtout agir!

De plus, au fil des mois, je découvrais un secteur passionnant et regorgeant de potentiels immenses. Très rapidement l’envie de partager mes nouvelles connaissances et ma petite expérience avec d’autres jeunes filles devint une nécessité . Ce secteur est tout à fait compatible avec votre condition de femmes. Il faudra certes le repenser, le reconfigurer pour qu’il soit plus accessible et mieux perçu de l’extérieur. J’ai la ferme conviction que la faible diversité dans ce secteur n’est essentiellement pas un choix des acteurs. C’est juste que pendant des décennies, le secteur minier a été pensé, conçu et dirigé par des hommes, et cela change aujourd’hui.

Voila les deux principales motivations qui m’ont emmenée à mettre en place Women in Mining Senegal. D’abord créer un réseau de femmes fort pour plaider en faveur d’un secteur beaucoup plus inclusif, ensuite inciter les jeunes filles à s’y intéresser. Et c’est grâce à d’autres femmes extraordinaires et toutes aussi passionnées qui ont cru en ce projet, que Women in Mining Senegal a fait son chemin depuis 2012. C’est aussi l’occasion pour moi de saluer le travail titanesque de la nouvelle équipe dirigeante, auprès des jeunes filles du Sénégal, et des communautés de femmes résidant dans les zones d’activités minières. Plus d’un millier de femmes seront impactées positivement directement ou indirectement grâce aux activités de l’association d’ici 2025, des centaines le sont déjà aujourd’hui.

Lika Sow chargée des opérations commerciales Mines pour l’Afrique de l’Ouest à Caterpillar

 

ENERGIACI : Quelles sont les missions du Women In Mining (WIM) SENEGAL ?

LIKA SCOTT SOW : Alors tout d’abord, il faut voir que Women in Mining Sénégal a une particularité qui est aussi sa force. Elle regroupe les femmes travaillant directement ou indirectement pour le secteur des mines mais aussi des autres industries extractives pétrole et gaz notamment et leurs filières associées. Nous avons une diversité de profils et de compétences pour calquer un peu la transversalité qui définit par essence la chaine de valeur du secteur minier.

Notre diversité ne se limite pas à la pluralité des profils de nos membres. Nous ciblons trois catégories de femmes: les femmes professionnelles actives dans le secteur privé ou public, les jeunes filles, et enfin les femmes communautaires.

Ainsi, nos principales missions sont de promouvoir le leadership de femmes dans le secteur extractif, d’inciter les jeunes filles à embrasser les filières techniques et scientifiques et connaître les métiers y afférents, enfin participer au développement socio -économique des zones d’exploitation et d’opérations.

 

ENERGIACI : Vous avez été l’une des 100 femmes sélectionnées pour le programme WIM 2020, quels conseils pouvez –vous donner à toutes les femmes qui aspirent à devenir comme vous ?

LIKA SCOTT SOW :Permettez-moi tout d’abord de remercier toutes les personnes qui m’ont nominée à l’édition 2020 du « WIM100 », ainsi que Women in Mining UK et leurs partenaires pour m’avoir sélectionnée dans ce prestigieux classement des 100 femmes les plus inspirantes de l’industrie minière mondiale. C’est une belle reconnaissance dont je suis fière, surtout de la partager avec 22 autres femmes du secteur basées en Afrique.

Cela dit, je suis toujours prudente à l’idée de donner des conseils. Au delà de trouver cela prétentieux quelque part, je pense qu’il est important de rappeler que rester authentique est l’une des clés de votre réussite. Dès lors, je préfère demander à chaque femme qui me lit ou qui m’écoute de trouver sa formule gagnante, le “winning recipe” pour reprendre l’expression anglosaxone. Il faut l’adapter parfois, la réajuster souvent, et la remettre en question en permanence pour se donner encore plus de défis.

Ma Winning recipe se résume en deux choses:  faire en sorte que mes compétences soient reconnues avant ma personne; toujours garder mon authenticité afin de trouver la force en mes différences. Ce qui a fonctionné pour Lika ne marchera pas forcément pour une autre femme et vis versa. Nous venons d’environnements socio culturels différents, nos expériences nous forgent. Il serait dommage de ne pas voir la lumière en nous car obsédées par celle de l’autre qui s’allume. Mon seul conseil serait donc d’être l’acteur de son propre scénario, pas celui d’une tierce personne.

 

ENERGIACI : Pourquoi est-il important de maintenir la place des femmes dans le secteur minier ?

LIKA SCOTT SOW : C’est simple, à la limite mécanique et mathématique. Pourquoi une minorité démographique devrait décider pour une majorité sans que cette dernière ait une place prépondérante?

Le secteur minier est en plein essor dans notre sous région ouest africaine. Plusieurs rapports de la banque mondiale et d’autres institutions panafricaines ont montré que les plus grandes réserves de matières premières sont concentrées en Afrique: l’uranium du Niger, la bauxite de la Guinée les gisements de fer à forte teneur en Guinée et au Liberia, l’or du nouveau quator qui a détrôné l’Afrique du Sud, je veux nommer le Mali, le Ghana, le Burkina Faso et la Côte d’ivoire. Et tout cela avec un fort impact sur le PIB et les recettes d’exportation. Avec une croissance record de 81% depuis 15 ans, l’Afrique de l’Ouest est devenue la quatrième région mondiale pour l’or, avec une production de 8millions d’onces en 2016, selon les chiffres du conseil mondial de l’or.

Et à côté, selon les chiffres de ONU Femmes, plus jeune agence des Nations Unies consacrée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes, ces dernières représentent plus de 50% de la population Ouest Africaine sur un total de 302,9 millions d’habitants. Il est donc impensable que les choses se fassent sans elles. Aussi bien dans le secteur privé qu’au niveau des institutions publiques et internationales, que dans les communautés, les femmes doivent siéger là où les décisions se prennent, être propriétaires et avoir accès aux marchés.

Nous avons encore du chemin à parcourir mais il y a beaucoup d’avancées dont nous pouvons être fières et qui sont très encourageantes.

 

ENERGIACI :  Votre mot de fin?

LIKA SCOTT SOW : Je vous remercie d’avoir porté votre attention sur ma modeste personne. Si une jeune fille ou une femme a été inspirée en lisant ces quelques lignes, mon objectif est atteint. Et si elle décide de s’intéresser aux mines et au secteur des industries extractives par la suite, cet objectif sera doublement atteint.