Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Mines : La Namibie prévoit d’exploiter l’eau de mer pour maintenir les mines d’uranium en activité

La Namibie poursuit la construction d’une nouvelle usine de dessalement dans la région côtière centrale d’Erongo pour répondre à la demande en eau des mines d’uranium et d’autres utilisateurs.

Une étude de faisabilité pour l’usine, qui produira 70 000 m3  d’eau par jour, a été finalisée et un site a été acquis, a indiqué jeudi le ministre de l’Agriculture, de l’Eau et de la Réforme foncière, Calle Schlettwein , dans un communiqué envoyé par courrier électronique. Des dispositions sont actuellement prises pour extraire l’eau de mer et sécuriser l’ électricité nécessaire , tandis que le gouvernement discute avec des investisseurs privés d’un partenariat avec lui pour développer la centrale, a-t-il déclaré.

Située entre les déserts du Namib et du Kalahari, la Namibie a le climat le plus aride d’Afrique subsaharienne et a des précipitations imprévisibles et des taux d’évaporation élevés, ce qui entraîne un déficit en eau qui est aggravé par intermittence par la sécheresse.

Les rivières pérennes qui longent les frontières nord et sud du pays sont éloignées de Windhoek, la capitale, et de la plupart des autres grandes villes, tandis que les problèmes de distribution d’approvisionnements limités et peu fiables en eaux souterraines sont exacerbés par le fait que la population clairsemée est largement étaler.

Erongo devrait avoir besoin de 36 500 mégalitres d’eau par an d’ici 2030, dont seulement un tiers environ peut être fourni à partir des sources existantes. Outre certaines des plus grandes mines d’uranium du monde, la région possède des industries du tourisme et de la pêche concentrées autour des villes côtières de Walvis Bay et de Swakopmund.

Le gouvernement a précédemment déclaré que la nouvelle usine de dessalement pourrait lui coûter 2 milliards de dollars namibiens.

 

Source : BLOOMBERG

About Post Author