Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Pétrole : Rystad Energy estime désormais les ressources pétrolières totales récupérables à 1 725 milliards de barils

Chaque année et après la publication de la revue statistique BP, Rystad Energy publie sa propre évaluation pour fournir une comparaison indépendante, solide et claire de la façon dont le paysage énergétique mondial a changé l’année dernière.

Rystad Energy estime désormais les ressources pétrolières totales récupérables à 1 725 milliards de barils, une réduction significative par rapport à l’estimation de 1 903 milliards de barils de l’année dernière. Sur ce total, qui montre notre estimation de la quantité de pétrole techniquement récupérable dans le futur, environ 1 300 milliards de barils sont suffisamment rentables pour être produits avant l’an 2100 à un prix réel du Brent de 50 $ le baril.

« Dans ce scénario, la production mondiale de pétrole et de liquides de gaz naturel tombera en dessous de 50 millions de barils par jour d’ici 2050. L’exploration, le développement, le traitement et la consommation de cette quantité de pétrole commercialement extractible entraîneront des émissions brutes de gaz à effet de serre de moins de 450 gigatonnes de CO2 d’ici 2100. Ceci est conforme au budget carbone du GIEC pour le réchauffement climatique limité à 1,8 °C d’ici 2100 », déclare Per Magnus Nysveen, responsable de l’analyse de Rystad Energy.

Les États-Unis et la Chine sont les plus touchés par la révision :

L’examen de cette année des ressources pétrolières mondiales récupérables est basé sur des ressources modélisées au niveau du puits plutôt qu’au niveau du champ. Cette approche plus détaillée a supprimé 178 milliards de barils des comptes attendus, car le niveau de confiance pour les taux de baisse a augmenté avec la quantité de nouvelles informations recueillies.

Notre rapport mis à jour comprend également des révisions pour les réserves prouvées. Ici, Rystad Energy applique un ensemble cohérent de probabilités prudentes, par opposition aux rapports officiels des autorités qui sont jugés moins cohérents. Entre autres conclusions, nous constatons des différences significatives entre les membres de l’OPEP sur la longévité des réserves prouvées, allant de bien en dessous de 10 ans pour certains membres à près de 20 ans pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

En termes de volumes absolus retirés des producteurs non membres de l’OPEP, les ressources récupérables restantes aux États-Unis sont désormais réduites à 214 milliards de barils, soit une perte de 30 milliards de barils par rapport à l’estimation de l’année dernière. La Chine subit la deuxième perte la plus importante avec ses ressources récupérables restantes désormais limitées à 50 milliards de barils, une révision à la baisse de 26 milliards de barils. Les ressources récupérables du Mexique occupent la troisième place sur la liste des pertes, déclassées de 12 milliards de barils à 26 milliards de barils. La plupart des révisions de cette année sont motivées par un potentiel de hausse inférieur du forage de pétrole de schiste en raison de la géologie complexe et de la nécessité de campagnes d’exploration étendues et de technologies de fracturation améliorées.

Les ressources récupérables restantes des pays de l’OPEP sont réduites de 53 milliards de barils à 741 milliards de barils. L’Iran et l’Arabie saoudite ont les révisions les plus importantes, perdant 11 milliards de barils chacun, les volumes de pétrole récupérable saoudien étant désormais calculés à 288 milliards de barils et les volumes iraniens à 101 milliards de barils. L’Irak suit en troisième position, voyant ses ressources récupérables diminuer de 8 milliards de barils à 110 milliards de barils.

Qui siège sur les plus grandes ressources ?

Dans cette révision, l’Arabie saoudite conserve le trône en tant que producteur avec les plus gros volumes de ressources pétrolières récupérables (288 milliards de barils). Les États-Unis suivent en deuxième place (214 milliards de barils), la Russie en troisième (149 milliards de barils) et le Canada en quatrième (138 milliards de barils).

En Amérique centrale et du Sud, le Brésil reste le premier pour les ressources récupérables, avec 83 milliards de barils (en baisse de 2 milliards de barils par rapport à la mise à jour de l’année dernière). Au Brésil, avec 19 milliards de barils (en baisse de 1 milliard de barils dans cette mise à jour), la Norvège reste devant le Royaume-Uni, dont les volumes ont diminué de 2 milliards de barils à 10 milliards. En Afrique, le leader des ressources Nigeria a perdu 6 milliards de barils et ses ressources récupérables sont désormais estimées à 20 milliards de barils.

Dans la plupart des pays de notre analyse, les ressources pétrolières récupérables estimées de l’Australie sont désormais considérées comme supérieures de 2 milliards de barils à 23 milliards de barils.

L’horodatage de la dernière évaluation des ressources de Rystad Energy est le 1er janvier 2021. En d’autres termes, notre analyse montre où se situaient les ressources récupérables restantes de chaque pays au début de cette année.

Visitez Rystad Energy pour une publication avec des graphiques statistiques.