L’ONU suspecte une violation des droits de l’homme par Saudi Aramco dans le cadre de sa production pétrolière

Jules Boa
Jules Boa août 29, 2023
Updated 2023/08/29 at 11:49

Saudi Aramco menace les droits de l’homme en augmentant sa production de pétrole en raison des « impacts négatifs sur les droits de l’homme causés par des activités telles que l’exploitation des combustibles fossiles qui contribuent au changement climatique », selon les experts des droits de l’homme des Nations unies.

Une lettre rédigée par un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations unies, dont le nom n’a pas été divulgué, a exprimé cette inquiétude et a été envoyée au géant de l’énergie de l’État saoudien.

Bien que le Financial Times ait déclaré qu’Aramco était la plus grande entreprise émettrice de CO2 au monde, Reuters a noté dans un rapport que la lettre n’explique pas en détail les effets négatifs de la production pétrolière sur les droits de l’homme.

Le classement des plus gros émetteurs mondiaux établi par le Carbon Disclosure Project (CDP) contredit cette dernière affirmation. Selon le CDP, le charbon chinois est le principal émetteur au monde, avec une part de 14,3 % des émissions globales.

Saudi Aramco se classe deuxième avec 4,5 % des émissions mondiales.

Ce qui est plus intéressant dans le rapport du FT, cependant, c’est que les experts de l’ONU ont également contacté les banques avec lesquelles Aramco travaille, telles que Citi et BNP Paribas, pour les avertir que leurs clients saoudiens pourraient violer les lois sur lesdroits de l’homme. 

Un soupçon de menace est présent dans la lettre aux banques : si les prêteurs sont conscients qu’Aramco viole les droits de l’homme et ne prend pas de mesures, il est possible qu’ils augmentent la situation, selon le FT.

« Les entreprises devraient éviter d’enfreindre les droits de l’homme en prenant des mesures proactives pour identifier, prévenir, atténuer et traiter les impacts négatifs dans lesquels elles sont impliquées, y compris les impacts résultant du changement climatique », ont déclaré les fonctionnaires de l’ONU.

Share this Article