Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Guinée : HPX signe un accord-cadre avec le Liberia pour exporter le fer du mont Nimba via le port de Buchanan

La compagnie minière High Power Exploration (HPX) a annoncé le jeudi 31 mars la conclusion d’un accord-cadre entre ses filiales guinéenne (Société des Mines de Fer de Guinée) et libérienne (Ivanhoe Liberia) d’une part, et l’Etat du Liberia d’autre part.

Le document réaffirme que HPX peut obtenir un accès aux infrastructures ferroviaires libériennes afin de transporter sa future production de minerai de fer du mont Nimba en Guinée vers le port libérien de Buchanan pour exportation. L’accord-cadre établit en outre un calendrier de négociations s’étalant jusqu’à la fin mars 2023 et portant notamment sur les conditions d’accès aux dites infrastructures.

Il s’agit notamment des paiements qui seront dus par HPX en contrepartie de l’accès aux infrastructures, le régime fiscal applicable à la société, ainsi que des dépenses au profit des communautés locales. Pour le moment, Monrovia s’est engagé à garantir l’accès aux infrastructures actuelles, afin de permettre à HPX de réaliser l’étude des impacts environnementaux et sociaux de son projet de construction d’une ligne ferroviaire reliant mont Nimba au réseau ferroviaire libérien.

« Le rail est essentiel pour que nous puissions exporter notre production minérale […]. Le fait que nous sachions maintenant que nous y aurons accès, renforce l’ensemble du projet », indique Guy de Selliers, président de la Société des Mines de Fer de Guinée.

Notons que les infrastructures ferroviaires et portuaires libériennes proposées à HPX sont en cours de modernisation par ArcelorMittal qui produit également du fer au Liberia. Le gouvernement s’efforce donc depuis quelques mois de parvenir à un accord avec la société pour le partage du chemin de fer et des infrastructures portuaires.

Pour rappel, HPX souhaite lancer les travaux de construction de sa mine de fer guinéenne du mont Nimba en 2023 pour une entrée en production en 2027. Le projet devrait produire environ 450 millions de tonnes de minerai fer à un rythme de production annuelle de 30 millions de tonnes. Avec les quatre blocs du gisement Simandou, le projet devrait, s’il est mené à son terme, faire de la Guinée l’un des principaux producteurs mondiaux de minerai de fer.

Source : Agence Ecofin