L’Afrique se positionne comme un acteur majeur du gaz naturel sur la scène mondiale

Jules Boa
Jules Boa mai 16, 2024
Updated 2024/05/16 at 8:07 AM

Le continent africain s’apprête à déferler sur le marché international du gaz naturel liquéfié (GNL), avec une vague d’exportations en provenance de pays comme le Nigeria et le Mozambique.

Le Nigeria prévoit de faire bondir sa production de 22 millions de tonnes par an (mtpa) à plus de 31 mtpa, tandis que le Mozambique ambitionne d’atteindre 43 mtpa d’ici la fin de la décennie. Ces nouvelles découvertes, couplées à celles en Namibie, en Côte d’Ivoire et au Sénégal, consacrent l’Afrique comme un futur exportateur majeur de GNL sur la scène mondiale.

Le forum « Investir dans l’énergie en Afrique », organisé à Paris, a été l’occasion d’une analyse approfondie de l’avenir de l’industrie du gaz et du GNL sur le continent. Des pays comme le Sénégal, la République du Congo et le Mozambique, porteurs de projets de gaz en eaux profondes, de GNL et de FLNG, ont été mis en lumière comme des acteurs clés de cette transformation en cours.

Au-delà de l’exportation, des initiatives gazières prometteuses en Côte d’Ivoire, au Nigeria et en Angola visent à stimuler l’industrialisation nationale, ouvrant la voie à une nouvelle ère de croissance économique et de durabilité énergétique pour l’ensemble du continent.

Réunissant des experts, ce panel, organisé par la compagnie pétrolière indépendante Perenco, a exploré les perspectives du marché, les tendances d’investissement, les stratégies réglementaires, les avancées technologiques et l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché africain du GNL.

TAGGED: , ,
Share this Article
Leave a comment

Laisser un commentaire