Energia Africa

Actualité, Energie, environnement, Hydrocarbures

Kenya : Eni creuse un puits d’exploration dans les eaux profondes

Eni a creusé le puits d’exploration Mlima-1, au large du Kenya, dans les eaux profondes du bassin de Lamu.

Welligence Energy Analytics a signalé le déménagement. Eni a confirmé que le puits avait explosé à Energy Voice.

Le cabinet de conseil a décrit le forage comme “un coup de pouce important et très opportun à l’exploration en Afrique de l’Est après des années passées à la corde”.

Aucun puits n’a été foré au large de l’Afrique de l’Est en 2021, a-t-il noté.

Les sites de suivi des navires confirment que le Saipem 12000 est sur place dans le bloc L11B, à environ 2 400 mètres d’eau. Mlima-1 vise une grande fermeture par pendage à quatre voies.

Le chef de la Direction générale du pétrole du Kenya, James Ng’ang’a, a été cité dans la presse locale comme disant qu’Eni avait commencé à forer le puits le 28 décembre 2021. Il a déclaré au Business Daily que les travaux prendraient deux mois.

LENTEMENT

Welligence a noté que Mlima-1 était le premier puits à être foré au large du Kenya depuis 2014. BG Group a foré le Sunbird-1 dans le bloc voisin L10A. Cela démontrait la présence de pétrole au large du Kenya mais n’était pas commercial.

Le cabinet de conseil a également noté un puits d’Anadarko Petroleum dans L11B en 2013. Le Kiboko-1 a échoué. Anadarko avait prévu de forer le puits de Mlima en 2014 .

Eni a utilisé ce navire de forage de sixième génération à plusieurs reprises. La société italienne a utilisé la plate-forme de forage au large du Mozambique début 2021 sur la zone 4, pour le projet Coral Sul.

Eni envisage de forer le puits de Mlima depuis un certain temps. La société avait espéré forer le puits après le Kekra-1, au Pakistan, et avant de se rendre au Mozambique. Cependant, des problèmes lors du forage du puits pakistanais signifiaient qu’il n’y avait pas de temps.

QatarEnergy (QE) a acheté les blocs L11A, L11B et L12 d’Eni en juillet 2019. Les blocs couvrent environ 15 000 km². À la suite de l’opération, Eni détenait 41,25% du capital, TotalEnergies 33,75 % et QE 25 %.

About Post Author